fbpx

PEUT-ON OBTENIR UN CREDIT IMMOBILIER SI ON PERÇOIT UNE ALLOCATION
ADULTE HANDICAPE (AAH) ?

D’une manière générale, le crédit immobilier est accessible à tout le monde. Dans certaines situations, il est cependant soumis à des conditions spécifiques, comme par exemple pour les personnes handicapées. Il est donc tout à fait possible de percevoir une allocation d’adulte handicapé et devenir propriétaire. Découvrez dans cet article quelles sont les démarches à suivre, les solutions et les aides pour l’obtention d’un accord de prêt et comment gérer son crédit immobilier dans ce cas particulier.

 

Le principe de l’allocation adulte handicapé

L’allocation adulte handicapé (AAH) est une aide financière accordée à toute personne en situation de handicap. Elle assure un minimum de ressources et varie en fonction du niveau d’incapacité, des revenus, de l’âge, et de la résidence. Malheureusement, ces personnes rencontrent souvent des difficultés pour rentrer dans le monde du travail, car les entreprises ne sont pas toujours équipées pour permettre aux handicapés de travailler dans de bonnes conditions. Les montants de l’AAH attribués par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes en situation de handicap viennent parfois compléter des revenus déjà existants. Les personnes handicapées présentent une sécurité financière et l’AAH, même si elle est modeste, peut servir de garantie dans le cadre d’un crédit immobilier car elle constitue une source de revenus réguliers aux yeux des établissements financiers. De manière générale, le handicap ne doit pas être un frein pour l’accès au crédit immobilier et le projet peut tout à fait être financé à condition de respecter certaines règles

 


L’obtention d’un crédit immobilier avec l’AAH

Comme pour tout emprunt, le crédit immobilier est soumis à des règles précises. Il faut déposer un dossier complet auprès d’un établissement de crédit  ou d’une banque, qui va ensuite établir une étude de faisabilité, en se basant sur les éléments constituant la demande. La banque devant s’assurer de ne prendre aucun risque de défaut de paiement avant d’accorder un financement, les revenus et la situation financière sont bien entendu très importants. Les personnes handicapées ont souvent plus de difficultés à obtenir un accord, c’est pourquoi il est préférable de s’adresser à un professionnel  expert dans ce type de situation un peu particulière. Il est essentiel de constituer un dossier solide, avec les éléments importants concernant le profil et  la situation de l’emprunteur,  mais aussi les garanties nécessaires.

Une personne qui bénéficie de l’AAH présente parfois d’autres revenus comme un salaire en complément, mais une autre situation positive pour les banques est de disposer d’un co-emprunteur avec une situation professionnelle solide. Une garantie supplémentaire que l’emprunteur peut également apporter est une hypothèque sur un bien immobilier avec un garant. Les autres solutions qui vont permettre à la personne handicapée d’accéder au crédit immobilier sont la convention AERAS et une bonne assurance qui couvre correctement malgré le handicap et qui va rassurer l’organisme prêteur.

 


La convention AERAS

L’assurance emprunteur est une démarche délicate remplie d’embûches pour l’emprunteur handicapé. Considéré comme un risque aggravé par la plupart des sociétés d’assurance, le handicap entraîne des surprimes trop élevées. Heureusement il existe l’AERAS, qui signifie « S’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé », qui est une convention mise en place par l’Etat depuis 2007 pour aider les personnes handicapées à accéder à une assurance emprunteur dans le cadre d’un crédit immobilier. C’est une véritable solution pour remédier aux problèmes que rencontrent les handicapés, car elle prévoit la possibilité d’obtenir un crédit  dont le montant est plafonné à 320.000 euros, à conditions bien entendu de justifier d’une maladie ou d’un handicap, d’avoir moins de 70 ans et de ne pas pouvoir bénéficier d’une assurance de prêt aux conditions classiques.

Les dispositions de l’AERAS exigent que le futur emprunteur fournisse toutes les informations médicales concernant son état de santé, de manière sincère et sans ne rien omettre, par le biais d’un questionnaire médical spécifique. Le dossier sera ensuite validé par un expert médical. Elle prévoit également une liste de pathologies qui ne peuvent pas être pénalisantes pour l’assuré et pour lesquelles l’assureur n’a pas le droit de faire payer plus cher.  L’AERAS est très avantageuse lorsque l’emprunteur dispose de revenus modestes, et permet de bénéficier d’une limitation de majoration des tarifs.

 


Les aides de l’Etat

Une situation de handicap présente parfois des situations hors-norme, c’est pourquoi disposer d’un logement adapté est une nécessité. Pour ce faire, des aides ont été mises en place par l’Etat. La première aide est le crédit d’impôt sur le prêt immobilier, qui passe d’un montant de 3.500 euros au double, soit 7.000 euros pour les personnes seules et  15.000 € pour les couples dont un des deux est handicapé. Le crédit d’impôt peut également concerner les équipements de la maison à renouveler ou à acquérir, afin d’améliorer la vie quotidienne et d’effectuer des travaux. Le montant est de 5.000 euros pour une personne seule et de 10.000 euros pour un couple.

La CAF propose aussi un prêt handicapé à taux zéro d’un montant de 2.300 euros, qui n’est pas soumis à des conditions de ressources et permet aux personnes avec un handicap de réaliser des travaux de sécurité dans leur logement, ou des travaux d’aménagement ou d’adaptation qui facilitent les déplacements et le quotidien, à condition de prévoir de rester habiter dans le logement au moins 3 ans.  Pour les personnes exclues du crédit bancaire classique, il existe un microcrédit d’un montant de 5.000 euros maximum, qui peut être accordé aux handicapés ayant un projet.

Partager ce post

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email