fbpx

CRÉDIT IMMOBILIER :
QUE PEUT-ON INCLURE DEDANS ?

Que ce soit pour acquérir un appartement ou une maison, le prêt à l’habitat sert à financer un achat immobilier, soit en tant que résidence principale ou en résidence secondaire. L’emprunteur peut, au moment de l’étude de faisabilité du dossier, demander à rajouter une somme d’argent supplémentaire, sous certaines conditions. La somme débloquée devra obligatoirement être liée à des travaux et des projets à réaliser concernant son acquisition immobilière. Dans cet article, vous trouverez ce qui peut être inclus dans l’opération et sous quelles conditions.

 


Définition d’un prêt immobilier

Le crédit immobilier est un financement destiné uniquement à l’acquisition d’un bien immobilier, proposé par les organismes de crédit et les banques. Ce prêt est accessible pour les projets dont les montants dépassent les 75.000 euros, car ce plafond est réservé aux crédits à la consommation (crédits travaux, prêts affectés, prêts personnels, crédits voiture, crédits renouvelables).

Généralement, ce prêt nécessite une garantie, qui peut-être :

  • une caution obtenue par une société de cautionnement ou un garant
  • une hypothèque sur le bien immobilier en cours d’acquisition ou sur un autre bien.


Le logement d’habitation acheté pourra servir soit de résidence principale ou secondaire, soit d’immeuble d’habitation à louer ou de local commercial. Le projet immobilier doit être établi de manière claire et précise, en indiquant le prix d’achat, l’emplacement, la surface et le type du logement. Très souvent, le crédit immobilier est un projet à long terme d’une durée de remboursement pouvant varier de 10 à 25 ans, mais parfois, il est possible d’emprunter jusqu’à 35 ans. Le montant d’un prêt à l’habitat se situe en moyenne entre 50 % et 80 % de la valeur du bien, la somme restante représentant l’apport personnel de l’emprunteur, avec des exceptions de cas où l’emprunt peut couvrir la quasi-totalité du prix du logement acheté. La banque ou l’organisme prêteur procédera à une analyse minutieuse de la solvabilité de l’emprunteur et du dossier avant de donner un accord de financement.



Ajouter un montant supplémentaire au crédit immobilier

En plus du montant nécessaire pour acheter le bien immobilier, il arrive que les banques proposent à l’emprunteur de lui prêter une somme d’argent supplémentaire. Les taux d’intérêt de l’immobilier étant toujours à un niveau historiquement bas, ce montant supplémentaire va pouvoir en bénéficier ce qui rend cette offre d’autant plus intéressante. Ces fonds, affectés à des aménagements ou à des travaux à réaliser dans le logement, vont donc être inclus dans le montant total emprunté. Ces projets, qui vont faire partie intégrante de la propriété, mais qui ne pourront pas être récupérés lors de l’achat du bien, sont par exemple :

  • des travaux d’aménagement (jardin, véranda, piscine, agrandissement d’une pièce, , embellissement d’un espace, etc.)
  • des travaux de réparation ou de rénovation (peintures, toiture, sols, etc.)
  • des travaux d’isolation (panneaux solaires, nouvelles fenêtres, nouveau système de chauffage, etc.)
  • des travaux de raccordement à l’électricité, à l’eau ou au gaz
  • des travaux de construction
  • des travaux d’amélioration de la qualité de vie (cuisine équipée, nouvelle salle de bain, etc.)


Pour établir un budget précis afin de justifier ces différents travaux, l’emprunteur devra faire évaluer les projets et présenter à la banque soit les devis soit les bons de commande de ce qu’il souhaite réaliser dans sa future propriété. Cela permettra de justifier les sommes utilisées pour leurs réalisations. Le crédit immobilier ne pouvant servir que pour financer un projet d’acquisition d’un logement et les travaux à y réaliser, les autres types de crédits comme le prêt personnel, le prêt auto ou travaux, ou les crédits à la consommation (voyage, loisirs, vacances, mariage, etc.) sont donc exclus.

 

Inclure un crédit consommation dans un prêt immobilier

L’ensemble des autres achats de biens et de services, même concernant indirectement le logement, devront être financé par un crédit conso. Si le taux d’endettement de l’emprunteur ne dépasse pas la limite autorisée et s’il dispose de la capacité de remboursement nécessaire, il aura la possibilité de souscrire en parallèle à cet autre type de crédit. Dans le cas où les conditions ne permettent pas à l’emprunteur d’ajouter une somme supplémentaire à son crédit immobilier, il aura la deuxième option de prévoir un regroupement de prêts.

Cette opération financière, qui consiste à réunir le crédit immobilier et les autres emprunts en cours en un seul nouveau crédit, est d’autant plus intéressante si le crédit immobilier a déjà été souscrit. L’avantage sera que le contrat d’emprunt pourra bénéficier de nouvelles conditions, comme une nouvelle durée de remboursement, un taux d’intérêt plus intéressant, une mensualité réduite, etc. Pour les emprunteurs ayant déjà obtenu leur crédit immobilier, le regroupement de crédits est donc une excellente manière d’avoir un nouveau financement tout en réévaluant les modalités de remboursement.

Partager ce post

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email